A la découverte de Séquana Déesse de la Seine

Existe-t-il une nymphe de la Seine ?

Dans le parc des sources de la Seine, au milieu du bassin recueillant les eaux de la source, on peut admirer une sculpture représentant une jeune femme tenant des fruits d’abondance. Cette jeune femme étant censée symboliser Séquana.

Ce sculpteur baptisa son oeuvre « La nymphe de la Seine » – titre qu’elle conserve aujourd’hui puisqu’il s’agit de l’appellation choisie par l’artiste.

En lisant ce titre disposé sur une gravure face à la statue, les visiteurs du parc se posent alors à juste titre la question suivante : Séquana est-elle une nymphe ou une déesse ?

Patrick Huet répond à cette interrogation de façon très précise selon deux points que nous présentons ci-dessous.

1- Du point de vue étymologie. C’est-à-dire quelle est la Différence entre une nymphe et une déesse ?

2- Du point de vue histoire. D’où vient la confusion entre la nymphe de la Seine et la déesse de la Seine ?

1- Séquana est-elle une Nymphe ou une déesse ?

Quelle est la différence entre ces deux termes ? Plus précisément qu’est-ce qu’une nymphe et qu’est-ce qu’une déesse ?

Voici ce qu’il écrit dans son livre Le fabuleux passé des sources de la Seine.

(Passage reproduit ici avec l’accord de l’auteur.)

Début de l’extrait.

À la création du parc, le sculpteur chargé de représenter l’image de Séquana l’appela « La nymphe de la Seine ». Dénomination reprise parfois dans certains documents.

Ceci nous amène à nous interroger : qu’est-ce qu’une nymphe et qu’est-ce qu’une déesse ?

Laissons la parole au dictionnaire « Le Petit Robert »

Nymphe. Nom des déesses d’un rang inférieur, qui hantaient les bois, les montagnes, les fleuves, les rivières. (Représentation d’une nymphe sous forme d’une jeune femme nue ou à demi-nue).

Déesse : Divinité féminine.

Divinité : personne ou chose qu’on adore, que l’on considère comme une puissance surnaturelle.

Conclusion. Séquana est donc une divinité. Ce n’est pas une nymphe, car les nymphes sont des déesses, certes, mais d’un rang inférieur. Tandis que le rayonnement de Séquana auprès des Gaulois est si grand que nous avons affaire ici à une déesse du plus haut degré qui soit. (…)

Fin de l’extrait.

2 – Confusion entre nymphe de la Seine et déesse de la Seine.

Quand il s’est aperçu qu’un certain nombre de personnes nommaient Sequana la nymphe de la Seine, et que d’autres parlaient soit de nymphe de la Seine soit de déesse, y mêlant au passage quelques mythes qui avaient tout l’air d’être inventés pour la circonstance, Patrick Huet entreprit de nouvelles recherches pour en comprendre le ressort.

Il en découvrit alors l’origine. Il s’agissait d’une confusion qui avait pris « racine » dans une création justement du dramaturge de ce nom (Racine).

Ce point est si essentiel dans la compréhension du phénomène « Nymphe ou Déesse de la Seine » qu’une page spécifique a été publiée sur ce site. Elle vous décrit le cheminement de cette confusion, et comment certains (comme le sculpteur Joffroy) ont été amenés à parler de Séquana comme d’une nymphe au lieu d’une déesse.

Nous vous donnons rendez-vous dans la page ci-contre intitulée « Origine de Séquana ? » . (Cliquez sur ce lien  qui vous mènera directement à la page.)

Vous trouverez aussi dans la rubrique « Livre » un ouvrage qui relate avec précision le cheminement ayant conduit à cette confusion. Cette publication s’intitule « Séquana nymphe ou déesse de la Seine ? » .

Cette étude accompagnée des éléments d’archives et des faits historiques qui fondent cette recherche éclaircit beaucoup de points jusqu’alors très confus.

Fermer le menu